AU SECOUR A NOS ENFANTS

 

La corruption est un mal qui gangrène déjà toute la société camerounaise. Le corps médical, la police, l’armée;  les ministères et directions ; même les établissements scolaires sont devenus de meilleurs champs d’expérimentation de la corruption. L’on est encore à se demander quel genre d’école les gens ont fait. N’est-ce pas la une raison pour accuser le contenu de leur formation, par rapport à l’éthique et la morale ? Ou alors est-ce le fait de l’analphabétisme sociologique?

 

Les statistiques à l’échiquier mondial montrent qu’il existe encore dans le monde 860 millions d’adultes qui ne savent ni lire ni écrire, ainsi que 120 millions d'enfants qui ne peuvent pas aller à l'école.  Au Cameroun, le taux d’alphabétisation est de l’ordre de 67,9%. Pourtant, l’article 26 de la déclaration des droits de l’homme a la prétention d’offrir une éducation gratuite à tout le monde. Je voudrais aussi rappeler à l’ONU que 2015 n’est plus loin et nous voulons voir que l’éducation primaire est offerte à tous nos enfants. J’allais accuser l’ONU et les Etats membres de ne pas évaluer leurs objectifs, mais pourquoi le ferais-je alors que l’éducation morale repose sur l’église.

 

Certes, a la Conférence internationale organisée par le Conseil Pontifical « Justice et Paix » sur le thème « La lutte contre la corruption »,  tenue au Vatican les 2 et 3 juin 2006, l’Eglise Catholique Romaine considérait la corruption comme un fait très grave de déformation du système politique. Mais en réalité l’église, en se dérobant de sa mission de didaskalos holistique, de la morale et de l’éthique, s’en rend responsable. Il lui faut arrêter de perdre de l’argent dans des programmes pompeux et investir dans le domaine de l’éducation pour des résultats qualitatifs à long terme. C’est pour la même raison que, lors de la convention régionale des A/D du Togo, région de savane, le Sous-Préfet, M. Nabagou a demandé aux hommes de Dieu d’accompagner le gouvernement dans la lutte contre ce fléau en vue de construire un Togo prospère. Mais l’église ne se limite pas seulement a un rôle d’accompagnateur, il s’agit de s’en approprier. Cette responsabilité est confirmée par Jerry dans son article « Lutte contre la Corruption : l’église est la solution, » du 10 Janvier 2010 paru dans Wikio, l’actu des blogs : « La conclusion à laquelle je suis parvenu, c'est qu'en Côte d'Ivoire ou ailleurs, c'est le rôle de l'Eglise, aussi petite (en nombre) soit-elle, de prendre le fardeau de la corruption pour la faire reculer jusqu'à ce qu'elle disparaisse. »

 

Je me base sur la fiche pédagogique de nos églises dites réveillées. Ce que nous y rencontrons c’est l’évangile de prospérité, avec ses thèmes habituels : La Percée financière, Le principe de la semence, Les secrets de la guérison physique, Délivré de la puissance des ténèbres, Déclarations prophétiques, etc. Vous serez bien d’accord avec moi que cette fiche ne fait qu’aiguiser le goût de la corruption ; on ne pense qu’à devenir riche et a être en bonne sante. Tout se passe comme si on utilisait Dieu a des fins personnelles. C’est pourquoi on a souvent dit que la vision du monde de l’africain était anthropomorphique, c’est-a-dire qu’il met toujours l’homme au centre de sa religion et non Dieu. L’église a adopté une pédagogie corrompue et corruptrice. Où sont parties les écoles confessionnelles qui formaient nos enfants dans l’éthique et la morale ? Depuis un certain temps au Cameroun, on en entend plus parler dans les écoles primaires.

 

Un ministre camerounais qui était en charge de l’Education Nationale a banni les groupes bibliques les établissements scolaires parce qu’il y avait un phénomène de transe dont on accusait les églises réveillées. Seulement, personne n’a compris que le phénomène était aggravé par le fait que ces églises n’avaient plus accès aux établissements scolaires, par conséquent les sectes pernicieuses sont venues prendre le dessus. Comment pouvait-il en être autrement, puisque même les chefs d’établissement viennent faire leurs incantations dans les établissements pour obtenir des promotions ou pour doubler leurs effectifs, dans le cas des établissements privés.

 

Ceci devrait servir d’alerte aux églises. Vous ne devriez pas vous attendre au mieux être si vous ne créez pas vos établissements et que vous vous occupiez de la formation morale de nos futurs citoyens. La Bible demande d’instruire l’enfant dans les voies du Seigneur, car lorsqu’il sera grand il ne s’en détournera pas. Un autre dicton dit souvent que celui qui est capable d’influencer un enfant quand il est encore petit pourra le gagner pour la vie. Je demande donc que les églises s’unissent pour ce projet, car c’est un échec que de vouloir évoluer en rangs dispersés. Il y a un réel besoin d’universités chrétiennes, des écoles secondaires, primaires et maternelles pour relever le défi de la corruption.

 

Le résultat attendu est l’éradication complète de ce fléau. Ne vous en pressez pas de me présenter ceux qui ont déjà reçu une formation dans certains établissements chrétiens, je vous dirai qu’ils ne sont pas qualifies parce qu’ils ont été formés dans une morale ségrégationniste. Mais ceux qui sont capables de relever le défi sont ceux-là qui seront le produit de l’unité et sauront comprendre la notion du bien commun. Ceux-là sont à créer, ils n’existent pas encore.

 

Tel. : 00237 76302463 ; 77606699

E-mail : bnoumba@yahoo.fr

http://phileo.e-monsite.com

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×